Menu Content/Inhalt
Synagogue de la rue des 4 Passeports PDF Imprimer Envoyer
Écrit par JS   

Une présence qui remonte à l’Antiquité :

Après la destruction du second temple de Jérusalem (en 70 de l’ère commune), des communautés juives s’implantent à Marseille, puis le long de la vallée du Rhône avant d’atteindre Clermont-Ferrand. Au V ème siècle, le “quartier juif “ se situe aux alentours de l’actuelle rue Fontgiève (qui veut dire fontaine des Juifs) et au pied de la colline de Montjuzet (qui signifie montagne des Juifs). Fontgiève reste le quartier des Juifs pendant tout le Moyen Âge. A partir du XIV ème siècle, on perd leur trace. Il est probable que, suite à la peste noire et aux persécutions, ils se dispersent avant de quitter le Royaume d’où ils sont bannis en 1615.  A la fin du XVIII ème siècle, ils reviennent s’installer, toujours dans le quartier Fontgiève…

Un modeste lieu de prière :

Sous le Second Empire, la communauté juive clermontoise confie le soin à François Louis Jarrier (1829-1881), architecte de la ville, de transformer la “maison Roger“ en lieu de culte. La synagogue des Quatre-Passeports sera inaugurée le 20 mars 1862. De dimension modeste (6m sur 11m), le bâtiment passerait presque inaperçu si Jarrier ne l’avait doté d’une façade tripartite présentant un faux corps central en pierre de Volvic. La porte, encadrée de deux pilastres, est surmontée de l’inscription “Temple“ et couronnée d’un fronton au centre duquel est incrusté un motif décoratif de marbre blanc entouré de rinceaux. Au dessus, deux baies percées dans le mur sont surmontées par les tables de la Loi. Elles sont maintenues et mises en valeur par deux volutes latérales auxquelles une guirlande est attachée.

Le souffle mystique de Safed :

Dans les premiers temps de l’occupation, la synagogue connut une fréquentation assidue.

Le Grand Rabbin André Chekroun témoigne :

“Le séminaire rabbinique de Paris s’était replié à Chamalières sous la direction du Grand Rabbin Maurice Liber avec une poignée d’élèves (dont André Chekroun)…Autour du séminaire et de l’humble synagogue des Quatre-Passeports, se regroupaient des familles réfugiées souvent alsaciennes…En dépit ou en raison même de la tragédie, rarement le judaïsme aura connu autant qu’à Clermont-Ferrand sous l’occupation un tel degré de ferveur et d’exaltation…Pour ceux qui ont vécu cette inoubliable ambiance, la synagogue des Quatre-Passeports, c’était le souffle mystique des premiers maîtres de Safed qui planait sur l’Auvergne.“

Avec les premières rafles de juifs fin 1942, la synagogue cessa d’être fréquentée. Elle rouvrit ses portes dès la fin de la guerre.

La synagogue aujourd’hui :

En 1966, le lieu de culte est transféré dans un appartement rue Blatin et la synagogue des Quatre-Passeports est vendue. Elle subit alors de grosses transformations : un étage est installé au niveau de la tribune tandis que le mobilier est transporté rue Blatin. En 1990 la synagogue est à nouveau cédée. Un mécène la rachète pour en faire don à la communauté juive de Clermont-Ferrand qui, trop démunie ne peut la restaurer. Seule synagogue existant en Auvergne, située pratiquement à mi-chemin entre Bordeaux et Lyon, cet édifice devrait devenir un lieu de mémoire dédié à la mémoire des justes auvergnats et au développement de la culture juive en Auvergne.

Désormais, forte de l'obtention en 2006 de son inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, elle attend une renaissance à laquelle toute une équipe, travaille depuis dix ans.

Renaissance digne de son statut de véritable lieu de la mémoire juive d'Auvergne.

 

Newsflash

L'espace Hillel de Lyon vont invite à vous inscrire sur le site afin de recevoir sa Newsletter, veuillez cliquer ici

Date Hebraïque

Yom Sheini, 3 Heshvan 5778

Infos Pratiques

ContactsLiens Web

Archives

designed by www.madeyourweb.com